Sur les pas du peuple tibétain...


Un voyage rouge et or en terre indienne

à Dharamsala


 

    Le monastère de Tsechokling


 Le monastère de Tsechokling d’origine a été construit au 18è siècle dans le village tibétain de 

Dip à 3 km de Lhassa, par le Vénérable Yongzin Yeshi Gyaltsen, tuteur du 8ème Dalai Lama.




Lors de l’invasion du Tibet par l’armée chinoise en 1959, plus de 6000 monastères furent

détruits, y compris celui de Tsechokling. En ce temps-là, 80 moines y vivaient et y étudiaient et

seuls 5 ou 6 d’entre eux réussirent à fuir le Tibet.

Les religieux qui restèrent à Tsechokling furent tous emprisonnés ou envoyés aux travaux 

forcés.

Quatre survécurent aux mauvais traitements et retournèrent plus tard au monastère en ruines

où ils vivent et enseignent encore de nos jours.




 Feu Lama Tashi, le fondateur de Tsechokling en exil fut éduqué et ordonné au monastère de

Samtenling au Tibet dont il devint ultérieurement un des membres les plus actifs. Il s’impliqua

par ailleurs très concrètement dans les activités du monastère de Tsechokling à Lhassa où il

résida plusieurs années.

 Echappant de justesse aux forces chinoises en 1959, il se réfugia à

Kathmandou au Népal où il vécut jusqu’en 1975.

En 1976, accompagné de son premier et principal disciple, Thupten N. Pema Lama, il se rendit

en Inde à Dharamsala, le siège du Dalai Lama et du Gouvernement Tibétain en exil, dans

l’intention de reconstruire le monastère de Tsechokling en exil.


Peu de temps après leur arrivée, Lama Tashi, Thupten N. Pema Lama et 3 jeunes moines

s’installèrent dans une cabane en bois à Rishi Bawan (au-dessus du village de Mcleod Ganj à

Dharamsala). 

Le loyer de cette cabane devenant de plus en plus exorbitant, le petit groupe

opta pour la construction d’un monastère leur appartenant en propre. Ainsi, en 1984, les

moines  achetèrent un bout de terrain dans un lieu boisé et calme, situé à environ 300 mètres 

en- dessous du village. Les travaux de construction débutèrent de suite et s’achevèrent en 

1986, principalement grâce au soutien de l’Association Dip Tsechokling en Suisse. L’inauguration

du monastère eut lieu le 7 mars 1987 en la présence de Tenzin Gyatso le 14è Dalai Lama.


De nos jours, environ 50 moines reçoivent éducation, logement et nourriture au monastère de

Tsechokling à Dharamsala. En 1992 les villageois de Dip et les quelques moines de Tsechokling

au Tibet furent à même de reconstruire leur monastère. Ils furent en ce, encouragés et

soutenus par Tenzin Gelek Rimpoché, la 6è réincarnation du fondateur du monastère, et par

feu Lama Tashi Gyaltsen le précédent directeur de Tsechokling en exil. 

En septembre 1992, un 

quart des bâtiments du monastère fut reconstruis et réouvert aux 20 moines qui y vivent

quotidiennement. Thupten N. Pema Lama, l’ancien directeur de Tsechokling à Dharamsala, y 

convoya  5 statues en bronze de taille humaine ainsi que des dons offerts par le monastère en 

exil pour  contribuer au projet de restauration. 


 


                                           Sonam est le directeur actuel.

                                           Il partage donc sa vie entre ses obligations liées à sa vie de 

                                           moine (prières, méditation, enseignement et formation) et son   

                                           rôle de directeur (gestion administrative, recherche de

                                           fonds, garant éducatif des jeunes moines).








Le monastère de Tsechokling dispose de chambres d’hôtes dans un environnement propice au

repos et à la détente. 

Situé en contre-bas du village dans une forêt de rhododendrons, il faut 

environ 10 minutes à pied pour atteindre Mcleod Ganj.

Une voie carrossable permet également l’accès au monastère par voiture. Petits déjeuners

(service buffet) et repas du soir (service buffet) sont servis aux hôtes.

Repas végétariens au monastère.





Copyright  ©  All Rights Reserved